TORONTO _ La plupart des victimes de l’attaque à la camionnette survenue à Toronto lundi étaient des femmes, a révélé la police de Toronto en conférence de presse, mardi.

Bien qu’aucune victime n’ait encore été nommée par les autorités, le sergent-détective Graham Gibson, de l’unité des homicides, a confirmé que les femmes étaient “prédominantes” dans le bilan.

L’âge des victimes va de la mi-vingtaine à 80 ans, a-t-il ajouté.

Certains blessés n’ont eu que des éraflures et des ecchymoses, mais d’autres ont été touchés beaucoup plus gravement, a indiqué M. Gibson. Quelques-uns ont déjà reçu leur congé de l’hôpital, mais le sergent-détective n’avait pas de chiffre précis, mardi après-midi.

La police a par ailleurs revu à la baisse le nombre de blessés, qui est passé de 15 à 14. Une simple erreur de décompte, a précisé M. Gibson.

Aucune des dix personnes qui ont perdu la vie dans l’attaque n’a été identifiée formellement pour l’instant, a précisé le coroner en chef de l’ Ontario, le docteur Dirk Huyer.

C’est une “priorité”, a-t-il assuré, mais les autorités veulent s’assurer de bien faire leur travail.

Des familles ont été informées par le coroner que leur proche pourrait être parmi les victimes, mais rien n’est encore confirmé.

“Les gens sont différents lorsqu’ils meurent, il y a des blessures, alors nous voulons faire très attention qu’il n’y ait pas de confusion”, a-t-il expliqué.

Des informations ont toutefois commencé à circuler sur l’identité et l’origine des défunts.

Deux ressortissants sud-coréens sont parmi les dix personnes tuées dans l’attaque, selon l’agence de presse Yonhap. Un autre Sud-Coréen aurait été grièvement blessé. L’agence s’appuie sur les informations du ministère sud-coréen des Affaires étrangères, qui n’a pas identifié les victimes.

L’ambassade de la Jordanie à Ottawa a aussi annoncé que l’un de ses citoyens faisait partie des victimes. L’ambassade n’a pas voulu fournir davantage de détails.

Le collège Seneca a annoncé que l’une de ses étudiantes avait été tuée, mais il n’a pas fourni d’autres détails.

Une victime identifiée
Plus tôt dans la journée, le conseiller municipal de Toronto Cesar Palacio avait dévoilé l’identité d’une autre victime, lors d’une réunion du conseil à l’hôtel de ville. Il s’agit d’Anne Marie D’Amico.

M. Palacio dit avoir communiqué avec les parents de Mme D’Amico, qui résident dans son district.
Le président d’Invesco Canada, une entreprise située près du lieu de l’incident, a de son côté transmis un communiqué indiquant que l’une de ses employés avait péri dans l’attaque. L’entreprise ne confirme pas l’identité de l’employée, mais il s’agirait de Mme D’Amico.

Peter Intraligi indique que l’entreprise transmet “ses pensées et ses prières” à “toutes les personnes touchées par cet événement tragique”. L’entreprise avait auparavant diffusé un communiqué indiquant que deux de ses employés avaient été touchés.

“Je peux maintenant confirmer que, malheureusement, l’une de nos employés a succombé à ses blessures”, note le communiqué.

“Par respect pour elle et pour sa famille, nous n’allons faire aucun autre commentaire.”

Tennis Canada a de son côté confirmé la mort d’un “membre de sa famille élargie”. Anne-Marie D’Amico travaillait à la Coupe Rogers depuis l’âge de 12 ans.

“En 2016, Anne-Marie a été élue bénévole de l’année. Elle souriait toujours, avait le plus grand coeur et faisait toujours passer les besoins des autres avant les siens”, lit-on dans un communiqué publié sur le site internet de l’organisme.

L’organisme caritatif musulman DawaNet, qui avait aidé à collecter plus de 800 000 $ pour les victimes de l’attentat dans la mosquée de Québec, a par ailleurs lancé une campagne sur la plateforme GoFundMe pour aider les personnes touchées par l’attaque à Toronto.

La campagne, qui s’est fixé un objectif d’un million de dollars, avait récolté plus de 95 000 $ mardi après-midi.

SOURCE: La Presse Canadienne
PHOTO : Wikimedia Commons